Le bureau Flex ou le jeu des chaises musicales en entreprise…

Vous pensiez tout savoir sur l’open-space, ses vastes espaces de bureau sans porte ni cloison, son atmosphère bruyante mais encore personnalisée par les salariés qui y travaillent ? Vous allez adorer le bureau Flex. Enfin…. pas sûr !

C’est la nouvelle tendance. Le bureau Flex. Un vaste espace ouvert de bureaux où les premiers arrivés ont une place, celle qu’ils souhaitent.

Un véritable jeu de chaises musicales
Qu’est-ce qui distingue le bureau flex de l’open space ? Il y a moins de bureaux que de salariés dans l’entreprise. Le projet Synapse présenté lors du CCE du 27 août 2019 prévoit de fait 7,5 bureaux pour 10 salariés. Non seulement vous n’aurez plus de place attribuée, mais si vous arrivez tard, vous risquez de ne plus avoir de bureau disponible du tout.

La fin de votre espace de travail attitré
Si vous avez toujours la possibilité de personnaliser le bureau en question, ce ne sera que le temps de votre présence. Vous disposerez chacun d’un casier ou d’un caisson à roulette, dans lequel vous pourrez stocker vos affaires personnelles le soir.

Terminés donc la photo des enfants dans le coin droit du bureau, la plante grasse offerte par des collègues, la bannette « à faire aujourd’hui » à gauche, le pot à crayons … enfin, vous pouvez apporter et déballer votre petit barda personnel tous les jours si cela vous chante mais il vous faudra, le soir venu, le remballer. Tout devra en effet être net pour le lendemain matin à la première heure car d’autres personnes viendront s’attabler à ce qui n’est plus « votre » bureau mais « un » bureau. Et n’oubliez pas de laisser quelque chose sur votre bureau pendant la journée pour indiquer votre présence lorsque que vous serez en réunion dans une salle, car sinon, vous aurez peut-être la surprise, à votre retour, de voir votre place occupée.

Sentiment d’appartenance organisationnelle
Le groupe Thales n’est pas la première entreprise à se mettre aux bureaux Flex. En l’espèce en France c’est le site Thales DIS de Meudon qui sera pilote avec un possible déploiement dans les autres établissements.
Si l’on voit bien l’intérêt de l’entreprise – combiné avec le télétravail, le bureau Flex permet de limiter le nombre de bureaux et de réaliser ainsi des économies – il n’est pas certain cependant que cela constitue un progrès pour les salariés.

Interviewée en octobre 2018 par le magazine Courrier Cadres, l’enseignante-chercheuse en sciences de gestion à l’EM Normandie, Delphine Michella, souligne l’importance de pouvoir « territorialiser » son espace de travail. S’appuyant sur de nombreuses recherches, elle relève que cette territorialisation joue un rôle important dans « le sentiment d’appartenance organisationnelle, et donc pour la motivation ». La CFE-CGC s’oppose à ce type d’organisation qui génère stress et fatigue et demande une expertise par le CHSCT de Meudon. Si elle n’est pas contre le fait de réfléchir à une autre organisation, elle demande que l’organisation en question soit pensée, anticipée, réfléchie avec elle et les autres parties prenantes de l’entreprise et ce, pour tenir compte, tant des besoins et objectifs de l’entreprise que de ceux des salariés.

Au jeu de chaises musicales, il n’y a toujours qu’un seul gagnant. La CFE-CGC aimerait changer les règles: faire en sorte pour une fois que tout le monde soit gagnant.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *