Rémunérations chez Thales : selon que vous serez puissant ou misérable…

C’est le 6 mai prochain qu’aura lieu l’assemblée générale des actionnaires du Groupe Thales.
« À huis-clos » précise le communiqué de presse du 14 avril « afin de protéger la santé de ses collaborateurs et de ses actionnaires ». Si cette mesure est due à la pandémie de la COVID, nul doute que cela risque d’arranger les dirigeants de Thales.
En effet, lors de cette assemblée générale, deux résolutions notamment seront soumises au vote. Deux résolutions qui, dans la configuration classique – c’est-à-dire sans la pandémie – d’une assemblée générale ordinaire, pourraient donner lieu à de vifs débats.

Les résolutions 6 et 7 dont il est question concernent la politique de rémunération des parts variables du Président-Directeur général, Patrice Caine, et prévoient une modification RETROACTIVE de cette dernière.
Ainsi, les objectifs de prises de commandes et de cash-flow, deux indicateurs entrant dans le calcul d’attribution d’actions gratuites, seraient revus à la baisse (-9% pour les prises de commande, -18% pour le cash-flow). En contrepartie, le nombre de titres attribués à notre PDG serait simplement réduit de 10%. À l’origine de cette proposition, selon le Conseil d’administration, la crise de la Covid-19 qui a un impact majeur sur les plans de rémunération de long terme 2019 et 2020.

Les salariés de Thales et de ses filiales l’ont effectivement constaté, eux, qui ont appris en mars dernier que l’augmentation générale pour l’année 2021 sera limitée au mieux à 1,5% au maximum. Certaines divisions se voyant privées de toute augmentation pour les cadres.  Le tout SANS RÉTROACTIVITÉ, avec une application au 1er juillet 2021. Comme si cela n’était pas assez, la direction du groupe a pris unilatéralement la décision de supprimer les tickets restaurants aux télétravailleurs dès 2021.

Par ailleurs, chez Thales DIS, la direction s’attaque elle aussi au mode de calcul de la part variable de rémunération de ses salariés. Les pourcentages accordés de 15, 20 et 30% du salaire de base vont être réduits à 8, 10 et 12% du salaire de base en fonction de l’atteinte des objectifs. Objectifs qui, pour les salariés, n’ont pas été revus à la baisse malgré la COVID-19.

Pour mémoire, la rémunération de Patrice Caine est composée d’un salaire fixe de 800 000 euros bruts et d’une rémunération variable annuelle cible de 800 000 euros en cas d’atteinte des objectifs et, plafonnée, en cas de dépassement de ces objectifs, à 1 200 000 euros.

« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » écrivait Jean de La Fontaine dans Les Animaux malades de la peste.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *