Thalesdis Tours

La Presse s’interroge sur la performance de nos dirigeants

Nos dirigeants ne brillent pas en ce moment pour leur communication, ni auprès des salariés, ni auprès de l’extérieur. Le LRP (Long Range Plan, plan de développement pluriannuel) repoussé en mars et le Gemalto Management Forum décalé en Juin n’arrangent rien.
La Presse l’a bien remarqué et ne se prive pas pour pointer du doigt nos dirigeants :

  • La Lettre A mentionnait le 5 octobre 2017 les nombreux profit-warnings et l’amertume provoquée par les actions gratuites versées à nos dirigeants.
  • Le Canard Enchainé dénonçait le 11 octobre 2017 la gabegie de nos dirigeants à travers le Gemalto Management Forum, initialement prévu fin janvier et finalement décalé en toute discrétion en juin.
  • Le Monde du 31 octobre 2017 insistait sur les erreurs d’Olivier Piou et le manque de visibilité de nos dirigeants actuels
  • La Lettre A du 23 novembre 2017 revenait sur le signalement pour suspicion de délit d’initié sur des opérations boursières faites par des dirigeants quelques jours avant le profit warning du 22 mars 2017.

Sur le dernier sujet, il reste toujours à confirmer que l’AFM, le régulateur néerlandais, ait lavé de tout soupçon Gemalto. C’est une affirmation de Gemalto qui ne repose sur aucun élément de preuve fourni. On a du mal à croire en effet qu’un initié puisse faire des transactions une semaine avant un profit warning sans que cela soit un problème.

Cette absence de communication est un moment propice aux rumeurs à Gemalto. La plus importante du moment est le rachat par ATOS. Nous n’avons pas d’information fiable à communiquer et nous n’en rajouterons pas.

Nous regrettons juste que nos dirigeants nous aient placés dans une situation où il nous semble presque normal d’être juste bons à être rachetés. La culture de notre entreprise reposait il y a encore peu sur notre capacité à être des leaders. C’est peut-être cela finalement le plan de transition de notre CEO Philippe Vallée.