Gemalto Gémenos

Rachat de Gemalto par Thales – Saison 1 – Ép.7 – Temps de travail : vers un quatrième forfait ?

Le sujet sonne comme un gimmick… le temps de travail fera évidemment partie des dossiers à traiter dans le cadre du rachat de Gemalto par Thales. Une première réunion de négociations au niveau du groupe Thales a eu lieu, première d’une longue série, tant le sujet est complexe et… sensible.

Aujourd’hui, chez Gemalto, l’ensemble des salariés à temps complet bénéficie de 10 jours de RTT. Deux exceptions cependant :

  • Les mensuels (salariés qui ne sont pas au forfait) travaillant en production à Gémenos bénéficient de 22 jours de RTT pour 37h55 minutes de travail par semaine.
  • Les mensuels de Pont-Audemer n’ont pas de RTT car leur temps de travail hebdomadaire de référence est de 35 heures. Ils sont soit soumis aux horaires d’équipe Matin / Après-midi / Nuit /WE, ou dépendants d’un horaire variable avec une flexibilité de plus ou moins 7 heures dans la semaine récupérables.

Les salariés au forfait jour, la grande majorité des cadres ainsi que certains ETAM, sont sur une base de 217 jours travaillés par an (218 jours avec le lundi de Pentecôte comme journée de solidarité).

Chez Thales aujourd’hui, trois systèmes forfaitaires existent pour les cadres, reliquats d’épisodes précédents d’acquisition d’entreprise:

  • 206 jours travaillés + 1 jour (journée de solidarité) associés à 22 jours de RTT,
  • 210 jours travaillés + 1 jour (journée de solidarité) associés à 15 jours de RTT,
  • 214 jours travaillés + 1 jour (journée de solidarité) associés à 11 jours de RTT.

Le passage de 210 à 214 et de 206 à 210, moyennant 3% de salaire en plus, ou l’inverse, moyennant 3% de salaire en moins, est possible chaque année, à condition de le demander en début d’année. D’aucuns y verront un système souple, ouvert. La CFE-CGC voit dans ces possibilités de changement de forfait une mesure intermédiaire, mauvais ersatz d’une harmonisation pourtant souhaitable. En effet, avec leurs 217 jours travaillés + 1 jour (Pentecôte) et 10 jours de RTT, les cadres de Gemalto seront les plus mal lotis et la passerelle, pour eux, n’est pas possible, le quatrième forfait ne faisant pas partie de l’accord.
Accord ou pas, si le même modèle était appliqué, cela se traduirait de surcroît par une perte de salaire.

Enfin, le nombre de jours de RTT pour les mensuels est, comme les salariés au forfait, dépendant de l’entité juridique dont dépend le salarié: 11, 15 ou 22.

La clé ? L’harmonisation. Et forcément pas vers le système le plus défavorable. Sinon, comment prétendre vouloir intégrer de nouveaux salariés ?
La CFE-CGC de Gemalto et celle de Thales travaillent ensemble pour aboutir à la meilleure solution possible pour les salariés.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *