Quelle mobilité chez Thales en France ?

Avec 22 filiales et 59 établissements en France et pour qui souhaite changer d’entreprise, le groupe Thales offre quelques opportunités. Si l’accord soumis à signature est intéressant, des progrès peuvent encore être réalisés. Explications.

L’avenir de votre poste est malheureusement compromis ? Vous avez envie d’évoluer, et cela implique de changer de poste, d’entreprise, de lieu de travail ? Avec 22 filiales en France, le groupe Thales pourra peut-être vous permettre de retomber plus facilement sur vos pieds ou bien de mener à bien votre projet. Les négociations entre la direction et les organisations syndicales sur le sujet qui ne concerne que la mobilité en France se sont terminées le 11 septembre dernier.

Prêt à taux zéro
Deux types d’accompagnement sont prévus pour les salariés en mobilité : courte distance c’est-à-dire moins de 50 km et longue distance c’est-à-dire au-delà de 50 km. Les salariés en mobilité courte distance sont indemnisés durant les six premiers mois de leur mobilité du fait de l’allongement de leur temps de trajet domicile – travail. Cette indemnisation, temporaire, est comprise entre 1267 euros et 4887 euros et ne peut durer plus d’un an. Des avances sur salaire pour changer de véhicule ou un prêt à taux zéro pour passer le permis sont également possibles. D’autres mesures, comme l’aide à la recherche d’un appartement avec le financement du dépôt de garantie ou encore la prise en charge du coût du déménagement, sont prévues.

Inachevé
Pour les salariés en mobilité longue distance, les mêmes principes s’appliquent avec une prise en charge de frais de reconnaissance et d’installation (entre 6335 et 14480 euros), le versement d’une indemnité pour perte d’emploi pour le ou la conjoint·e (entre 6 et 9 mois) ainsi qu’une aide à la recherche d’un nouvel établissement scolaire pour les enfants. Si la CFE-CGC estime que ces mesures sont intéressantes, elle a cependant fait savoir à la direction que l’accord soumis à signature est inachevé notamment en ce qui concerne les frais d’accompagnement du conjoint  et ceux de reconnaissance et d’installation. Par ailleurs, la CFE-CGC regrette qu’aucune harmonisation ne soit prévue pour les expatriés pour qui les mesures d’accompagnement sont au minimum. La mobilité ne devrait pas être un sujet franco-français.

Manœuvre plus compliquée
Pour autant, ces mesures d’accompagnement ne doivent pas cacher la réalité des situations sur le terrain. Peu nombreux sont les salariés de Thales DIS qui ont déjà bénéficié d’une mobilité. Autant cela parait plus fluide sur la région parisienne où le nombre et la proximité des sites facilitent un changement, autant, pour les salariés en province, la manœuvre est plus compliquée. De plus, les difficultés rencontrées par les salariés de Thales DIS dernièrement affectés à des services Corporate Thales (IT, Achats) montrent que les changements de poste ne se font pas sans obstacle.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *