Résultats 2020 de Thales: 400 millions d’euros pour les actionnaires, des miettes pour les salariés

400 millions d’euros. C’est la somme que vont se partager les actionnaires du Groupe Thales au titre de l’année 2020, soit 1,76 euro par action.
Dans les faits, une année difficile pour un grand nombre de personnes et également aux dires du Groupe Thales qui, lors des réunions de négociation sur les salaires avec les organisations syndicales, a déploré un EBIT en régression. Imaginez donc, l’indicateur en question n’est que de 8% du chiffre d’affaires du Groupe, contre 10,9% en 2019. Et côté trésorerie générée par les opérations (free operating cash flow)? 1 milliard 57 millions d’euros immédiatement disponibles ! Regardons alors le taux de conversion, cet indicateur qui évalue la capacité d’une structure à créer des liquidités : 113% ! Autrement dit, lorsqu’on crée 100 euros de valeur, on aboutit à 113 euros en trésorerie.

Et pour les salariés qui ont fait preuve d’une grande agilité depuis un an, qui ont soldé leurs congés durant le confinement – avec, rappelons-le, un compte épargne-temps bloqué -, et des conditions de travail dégradées ? Une augmentation générale de 1,5% au maximum, c’est-à-dire que cela pourra être moins, et une prime de 200 euros au maximum pour les non-cadres. Cerise sur le gâteau : une mesure applicable sur les six derniers mois de 2021 et non à partir de janvier comme habituellement.

De quoi accroître plus encore le fossé entre les salariés et leur entreprise et démotiver les collaborateurs les plus « corporate » !

Le discours ambiant de la part de la direction est devenu très culpabilisant vis-à-vis des salariés et la pandémie a bon dos : « Le monde va mal avec cette Covid19. Soyez contents d’avoir un travail, n’en demandez pas trop ! ».

Vraiment, de quoi démotiver les plus convaincus voire de quoi provoquer un soulèvement.
La CFE-CGC quant à elle a quitté la table des négociations dans la quasi-totalité des sites de Thales en France.