Articles

Thalesdis La Ciotat

Gemalto, le moment du bilan est venu

Les résultats du premier semestre 2017 et les prévisions de fin d’année publiés aujourd’hui par Gemalto reprennent sans surprise les éléments du dernier profit warning de juillet.

Il est temps maintenant de tirer un bilan de l’équipe dirigeante qui reste fondamentalement la même depuis 10 ans. Ce n’est pas le passage en 2016 d’Olivier Piou du poste de CEO à membre du board et de Philippe Vallée de patron de BU à CEO qui a changé le profil de cette équipe qui reste dans son ensemble la même depuis 10 ans. L’expression « bonnet blanc, blanc bonnet » s’applique à merveille pour l’équipe dirigeante de Gemalto.

Leur point commun, leur fil conducteur, reste leur capacité à se rémunérer de plusieurs millions d’euros avec l’attribution et l’exercice d’actions gratuites, ce que nous avons dénoncé à plusieurs reprises, alors même qu’ils nous ont conduit dans une situation difficile aujourd’hui.

Voici quelques chiffres pour appuyer nos propos :

2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Revenu (CA en M€) 1631 1680 1654 1906 2015 2246 2389 2465 3122 3127 3073
3,0% -1,5% 15,2% 5,7% 11,5% 6,4% 3,2% 26,7% 0,2% -1,7%
Profit en M€ 84 169,3 171 216 256 306 348 383 423 453 306
101,5% 1,0% 26,3% 18,5% 19,5% 13,7% 10,1% 10,4% 7,1% -32,5%
Trésorerie (Net Cash en M€) 314 344 381 255 309 353 449 493 -335 -67 50
Dividende versé par action 0,25 0,28 0,31 0,38 0,42 0,47 0,5
Cours de l’action (au 31/12)           80 €           68 €           55 €           55 €           43 €
Rendement de l’action 0,5% 0,6% 0,9% 0,9%

Où sont passés les 3 milliards d’euros de profits générés depuis 10 ans ?

  • Avec des dividendes très bas, les actionnaires n’en ont pas vraiment profités. Encore moins les salariés.
  • Est-ce dans nos acquisitions, alors même que nous avons une dépréciation de 425M€ et qu’elles n’expliquent pas à elles seules l’utilisation des 3 milliards d’euros de profits ?
  • Avons-nous fait des bonnes acquisitions ? A qui ont réellement profité ces 3 milliards d’euros ?

Le contexte de marché « défavorable » mentionné par P. Vallée, notamment sur la SIM et l’EMV n’était-il pas connu de tous depuis longtemps ?

Nos dirigeants ont beau nous expliquer que nous subissons une conjoncture inattendue, nous pensons surtout qu’il faut revoir drastiquement la composition de cette équipe avec des dirigeants orientés sur l’intérêt de notre entreprise et pas sur leur enrichissement personnel.

Nous demandons à nouveau que ces mêmes dirigeants aient l’honnêteté de restituer ces actions qu’ils n’ont absolument pas méritées.

Thalesdis syndicat

Gemalto annonce son deuxième profit warning en 5 mois

Gemalto a surpris aujourd’hui le marché en annonçant une baisse de ses revenus et un profit fin 2017 inférieur aux prévisions. La bourse a immédiatement sanctionné Gemalto par une baisse de 20% du cours de l’action.

Nous notons que Gemalto restera toutefois très largement profitable, générant plus de 450 millions d’euros de bénéfices. Le chiffre exact étant maintenant en consolidation.

Nous nous interrogeons forcément sur la capacité de nos dirigeants à gérer correctement notre entreprise.

En mesure immédiate la CFE-CGC demande la restitution intégrale de toutes les actions gratuites distribuées aux dirigeants en 2016 et 2017 et le gel de toute nouvelle distribution. Comme tout salarié de Gemalto, ils doivent être jugés sur leurs résultats et la réalité démontre qu’ils n’ont pas été performants.

Lorsqu’on voit les dernières opérations boursières de nos dirigeants nous sommes loin d’une rétribution à hauteur des résultats et de toute notion d’éthique. On peut de plus s’interroger sur la vente quelques jours seulement avant ce dernier profit warning de plusieurs millions d’euros d’actions gratuites : voir le détail sur  https://www.trivano.com/aandeel/gemalto.837.insiders

La CFE-CGC va se positionner au Comité Central d’Entreprise pour un droit d’alerte. Nous considérons que ces deux profit warnings en 5 mois et le communiqué de Gemalto parlant de « plan d’actions pour minimiser l’impact » sont suffisamment préoccupants.

objectifs

Gemalto revient enfin au réalisme

Vendredi dernier Gemalto a annoncé un profit warning  pour fin 2017 de 500 à 520 millions d’euros au lieu des 660 millions claironnés depuis 2014.

Il s’agit peut-être d’une surprise pour le marché mais pas pour les salariés qui savaient cet objectif intenable depuis le début.

Même si nous sommes satisfaits de ce retour au réalisme apporté par notre nouveau CEO, nous déplorons que Gemalto ait une image ternie alors qu’elle reste une entreprise largement profitable.

Nous sommes maintenant dans une situation déraisonnable avec une entreprise qui génère beaucoup de profits, des actionnaires qui ne sont pas contents et qui le font savoir, et des salariés mécontents et en souffrance après avoir fourni d’énormes efforts pour atteindre un objectif inatteignable.

Qui sont alors les bénéficiaires de tout ce cash généré par l’entreprise chaque année ?  Nos regards se tournent vers une poignée de quelques dirigeants qui ont touchés personnellement plusieurs millions d’euros ces dernières années.

Notre ancien CEO Olivier Piou ayant démontré maintenant les limites de ses compétences, nous demandons sa démission immédiate du board. Et s’il se sentait concerné par l’éthique et la moralité, il restituerait  de lui-même toutes les primes et actions gratuites qu’il a touchées ces dernières années en s’appuyant sur une illusion d’objectifs aujourd’hui démasquée.

La CFE-CGC restera  attentive à ce que ce retour au réalisme ne soit pas le prétexte à des choix au détriment du social (salaires et emplois). Gemalto reste une entreprise largement rentable et performante grâce avant tout à ses salariés.